LE PAYS :


Le Burkina Faso (ancienne Haute - Volta), terre des hommes intègres, est un pays sahélien et continental situé en plein cœur de l'Afrique de l'ouest Il couvre une superficie de 274 000 kM2. Le pays est situé à l'intérieur de la boucle du fleuve Niger. Il partage ses frontières avec six pays de la sous-région qui sont : le Mali au Nord et au Nord Ouest, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Togo au Sud, le Bénin au Sud-Est et le Niger à l'Est et au Nord-Est.


LE RELIEF

Le Burkina est un pays plat. L'écart entre les altitudes extrêmes est inférieur à 600 mètres. L'altitude moyenne ne dépasse pas 400 mètres et près de la moitié du pays se situe entre 250 et 350 mètres.


L'HYDROGRAPHIE

Quoique peu élevé et relativement peu arrosé, le Burkina a un réseau hydrographique assez important, surtout dans sa partie méridionale. Les cours d'eau se rattachent à trois bassins principaux : les bassins de la Volta, de la Comoé et du Niger.


Le bassin de la volta

Le plus important, il s'étend au centre et à l'ouest du pays sur une superficie de 178 000 km². Il est constitué par trois sous-bassins majeurs: ceux du Mouhoun, du Nakambé et de la Pendjari. Les eaux de ses bassins se rejoignent au centre du Ghana, où elles forment le lac Volta.


Le bassin de la Comoé

Il draine l'extrémité sud-ouest du pays a un bassin versant de 18 000 kM2. La pluviométrie relativement abondante de ces régions confère aux rivières qui s'y trouvent un régime nettement soudanien avec une augmentation des débits dès le mois de juin et les débits de crue en août/septembre pouvant atteindre 500 M3/S.


Le bassin du Niger

Il draine le nord-est et l'est du pays a un bassin versant de 72 000 kM2. Les affluents burkinabé du Niger les plus septentrionaux sont en grande partie endoréiques (le Béli, le Gorouol, le Goudébo et le Dargol) et peuvent provoquer des crues importantes. Par contre, les affluents soudano-sahéliens (la Faga, la Sirba, la Bonsoaga, le Diamangou et la Tapoa) ont des régimes un peu moins irréguliers et contribuent à la crise dite soudanienne du Niger qui se produit en septembre. Ces cours d'eau de faible débit ne forment souvent qu'un chapelet de mares.
Toutes les rivières du Burkina excepté le Mouhoun et celles du sud-ouest (bassin de la Comoé) sont temporaires : ne coulant que de juillet à octobre).


LE CLIMAT

Le Burkina Faso, situé au coeur du Sahel possède un climat tropical de type soudanien caractérisé par deux saisons: une saison sèche et une saison des pluies dite encore "hivernage".


La saison sèche

Elle est caractérisée par les vents secs d'harmattan qui soufflent du nord-est au sud-ouest. Elle va d'octobre à mars. Le mois d'avril constitue un mois charnière qui voit l'arrivée des vents humides ou alizés chargés de mousson.


La saison des pluies

Elle est caractérisée par des vents humides. Elle va de mai-juin à septembre. Le mois d'octobre constitue le mois charnière qui voit souffler les vents secs d'harmattan (le maximum de pluies est observé en août).


La zone sahélienne

Elle s'étend au Nord du pays. Elle est caractérisée par une pluviométrie faible (moins de 600 mm pour une saison sèche de durée supérieure à 8 mois. ), des températures élevées, et une végétation d'arbustes épineux: :c'est la zone d'élevage par excellence.


La zone soudano-sahélienne

Elle est située au centre. Elle connaît une pluviométrie moyenne (750 mm pour une saison sèche allant de 7 à 8 mois).


La zone soudano-guinéenne

Elle s'étend au Sud. Elle est caractérisée par des pluies relativement abondantes et des températures moyennes relativement basses. Les précipitations annuelles d'eau varient de 1000 mm à 1400 mm pour une saison sèche de 4 à 5 mois.

La tendance observée en matière de température est une tendance an réchauffement général de la température depuis 1961; mais cette observation n'est certainement pas caractéristique de la sous-région, mais un phénomène planétaire.

Au point de vue hygrométrique, le maximum d'humidité (80 %) s'observe au mois d'août qui correspond au mois où la pluviométrie est maximale (et l'évaporation minimale, < à 100 mm). D'avril à novembre, la courbe hygrométrique se situe en moyenne au dessus de 50 %) (le maximum d'évaporation est observable aux mois de mars et d'avril (>400 mm).


LA VEGETATION ET LA FLORE

Le Burkina Faso est situé dans la région phyto-géographique soudano-zambézienne. Au regard de la pluviométrie, de la durée de la saison sèche, de la végétation et de la flore, le territoire national est découpé en deux grands domaines phyto-géographiques sahélien et soudanien. Chaque domaine est divisé en deux secteurs. Cette division donne : un secteur sahélien (extrême nord du territoire), un secteur sahelo-soudanien (Centre-nord du territoire), un secteur soudanien (Centre- sud du territoire), un secteur soudanien (Centre- sud du territoire).
Au stade actuel des connaissances, la flore du Burkina Faso compte 1054 espèces reparties en 510 genres et 123 familles.

 

Le secteur sahélien

C'est la zone du Sahel strict. La végétation y est du type steppe à arbrisseaux, arbustes et arbres. Elle est sillonnée par de minces galeries forestières à Anogeissus leiocarpus, Mytragina inermis, Acacia seyal, Acacia ataxacantha et Crateva religiosa.
Les espèces sahéliennes typiques sont, entre autres, Hyphaene thebaïca, Acacia nilotica tomentosa, Acacia raddiana, Aristida mutabilis, Aristida stipoides, Grewia tenax, Andropogon gayanus tridentus.


Le secteur sahélo-soudanien

De nombreuses espèces végétales sahéliennes et soudaniennes y interfèrent. Cependant l'allure générale de la végétation est dominée par des espèces sahéliennes. Les espèces les plus caractéristiques de ce secteur sont : Acacia nilotica adansoni Bauhinia rufescens, Caparis tomentosa, Cenchrus biflorus, Euphorbia balsamifera, Commiphora africana, Grewia florescens, Grewia villosa, Pterocarpus lucens, Boscia senegalensis.

Les espèces soudaniennes, particulièrement répandues, sont les suivantes: Combretum glutinosum, Combretum micranthum, Combretum nigricans, Acacia macrostachya.

Toutes ces espèces participent à la formation de fourrés qui donnent à ce secteur l'appellation de "brousse tigrée".


Le secteur soudanien

C'est le secteur de la grande savane à faciès multiples, parsemée de reliques de forêts claires, sillonnée de galeries forestières et façonnée surtout par les feux de brousse et d'intenses activités agricoles et pastorales.

Dans les parties où la densité humaine est élevée, ce secteur ne présente plus que de gros arbres appartenant aux espèces protégées comme Acacia albida, Butyrospermum paradoxum parkü, Lannea microcarpa, Parkia biglobosa, Tamarindus indica, Bombax costatum, Diospyros mespiliformis, Adansonia digitata.

Les jachères et les terres dégradées y sont fortement colonisées par des espèces sahéliennes comme Aristida adscensionis, Cenchrus biflorus, Schoenefeldia gracilis, Ziziphus mauritiana , Cassia tora, Echinochloa colona, Ctenium elegans, Sida cordifolia.

Hormis le domaine classé de l'Etat et les "bois sacrés" (= lieux de culte), les formations végétales naturelles de ce secteur sont menacées à la fois par les activités anthropiques et les aléas climatiques.


Le secteur soudano-guinéen

C'est à la fois le secteur de savane à faciès diversifiés, des galeries forestières et d'ilots de forêts denses sèches. La présence de l'lsoberlinia doka est indicatrice de sa limite Nord.

Les espèces végétales de savane sont abondantes dans la partie Nord pendant que les espèces guinéennes dominent le Sud. Comme espèces guinéennes on rencontre surtout Antiaris africana, Monodora ternifolia, Pandantus candelabrum, Voacanga africana, Diallium guineense, Lophira lanceolata, Monotes kerstengü, Chlorophora exelsa, Carapa procera.


LA FAUNE

L'utilisation durable des ressources naturelles est l'une des grandes préoccupations du Burkina Faso. La faune sauvage constitue l'une des plus importantes de ces ressources tant sur le plan social que sur celui de l'économie. Son impact est croissant.
Les ressources fauniques du Burkina Faso se composent d'une trentaine d'espèces de grands mammifères (taille supérieure ou égale à celle du lièvre), une riche avifaune et de nombreux reptiles.

Principales espèces et leurs milieux de vie :

Ecosystèmes Soudano-Guinéens(secteur Sud-Soudanien) : savanes arborées et arbustives, forêt sèche et forêts galeries. Tapis continu de : haute graminées pérennes - Réserves d'eau permanentes.

Espèces animales les plus répandues ou spécifiques : eléphant, hippopotame, buffle, hippotrague, bubale, cob de buffon, cob Defassa, phacochère, guib harnaché, ourébi, céphalophe de Grimm, céphalophe à flancs roux, céphalophe de Maxwell, lion, léopard, hyène tâchetée, babouin, callitriche, colobe Magistrat, patas, crocodiles, varans, pythons, tortues et d'importantes populations d'oiseaux.

Ecosystèmes Soudaniens (secteur nord soudanien) : savanes arbustives, savanes arborées, forêts galeries, savanes herbeuses, réserves d'eau permanentes et semi-permanentes - important tapis de hautes graminées pérennes.

Espèces animales les plus répandues ou spécifiques : hippotrague, bubale, cobe onctueux, cobe de buffon, éléphant, hippopotame, guib harnaché, cobe redunca, phacochère, buffle, ourébi, sylvicapre, céphalophe à flancs roux, babouin doguera, patas, callitriche, hyène tâchetée, oryctérope, lion, léopard, crocodile, varan, python et une importante avifaune.

Ecosystèmes Sahelo-Soudaniens (secteur sud-sahélien) : steppes arbustives, steppes herbeuses, tapis de graminées pérennes et annuelles, réserves d'eau précaires.

Espèces animales les plus répandues ou spécifiques : éléphant, hippopotame, buffle, hippotrague, bubale, damalisque, cob Defassa, cob de Buffon, redunca, guib harnaché, gazelle à front roux (nord de la zone), céphalophe de Grimm et à flanc roux, ourébi, phacochère, lion, léopard, guépard serval, caracal, hyène tachetée, chat de Libye, babouin, patas, galago du Sénégal, chacal à flancs rayés, ratel, zorille, civette, genettes commune et pardine, mangoustes, oryctérope, daman de rocher, une très importantes avifaune gibier, crocodiles, varans, pythons, tortues.

Ecosystèmes Sahéliens (secteur nord sahélien) : dominance de steppe herbeuse, steppe arbustive, graminées annuelles essentiellement réservés d'eau précaires mais présence exceptionnelle de mares permanentes.

Espèces animales les plus répandues ou spécifiques : autruche, gazelle dama, gazelle à front roux, guépard, hyène rayée, hyène tachetée, chacal commun renard pâle, chat de Libye, ratel, zorille, phacochère, éléphant (périodique), patas, oryctérope, galago du Sénégal, daman de rocher, civette, genette conunune, mangouste Ichneumon, mangouste rouge...

 

ART, HABITAT ET CULTURE

Ensemble de traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent la pluralité d'ethnies du pays, la culture burkinabè englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les systèmes de valeurs, les traditions, les croyances et les droits fondamentaux de l'être humain. C'est elle qui imprègne les actes des membres de la société burkinabè, des actes les plus banaux et quotidiens aux actes les plus solennels et décisifs. Ces traits culturels sont vénérés à travers des manifestations culturelles telles que les contes, chants, danses, lettres et arts, cérémonies coutumières et religieuses diverses. Ils ont fait l'histoire commune des populations et assuré une cohésion sociale et une harmonie inter-ethnique.

Elle assure la cohésion de ses membres et leur sert de référentiel. Même si cette culture n'est pas restée immuable, tant elle a subi et continue de subir des changement occasionnés par des facteurs internes et/ou externes, physiques, sociaux, économiques, etc., elle assure toujours cette fonction de cohésion qui reste une condition de taille au développement du pays.
Eléments de population, de langue et de religion

La population du pays a atteint 9 780 000 habitants en 1993. Elle présente une extraordinaire diversité ethnique, assez exceptionnelle pour qu'on ait parlé de véritable "mosaïque ethnique", avec environ 70 ethnies avec presque autant de langues.

La langue officielle du pays est le français. L'anglais est enseigné dans tous les lycées et collèges du pays ; il est donc compris d'un nombre élevé d'intellectuels, même si ceux-ci ne l'utilisent pas quotidiennement.

Au plan religieux, les croyances traditionnelles (44,8%) restent majoritaires malgré les assauts des religions monothéistes et des sectes : musulmans (43,0%), chrétiens (12,20%) dont catholiques (6,9%) et protestants (6,8%).

 

LES VOIES ET MOYENS DE COMMUNICATION

Trois grandes voies de communications pour le Burkina Faso : la route, le chemin de fer et l'avion.
Quoi qu'étant un pays de l'hinterland, environ 80% du fret généré par le commerce extérieur du Burkina l'est par la voie maritime.


Le réseau routier

Le Burkina Faso est desservi par un réseau routier classé d'une longueur totale de 12 349 km, et un réseau de pistes rurales d'une longueur d'environ 6 000 km. Pays enclavé et surtout pays carrefour par excellence de la sous région, le Burkina Faso est relié aux capitales des pays voisins par des axes internationaux. Le pays est à prédominance "deux roues".Ouagadougou est appelé la" Capitale des Deux Roues".


Le chemin de fer

A l'origine, le chemin de fer devait relier Abidjan à Niamey via Ouagadougou, d'où le nom de Régie Abidjan - Niger (RAN)qu'elle a porté jusqu'en 1990. Son histoire plonge donc dans l'histoire coloniale des deux pays.

Commencés le 12 janvier 1904, interrompus lors de la première et deuxième Guerre Mondiale, ( la Gare de Bobo a été inaugurée le 25 janvier 1934, celle de Koudougou le 16 mai 1953) les travaux de construction de la ligne de chemins de fer aboutiront à Ouagadougou en 1954 qui verra l'inauguration de sa gare le 30 octobre 1954. Les travaux de la voie du Sahel ont commencé en février 1985 et l'inauguration de la gare de Kaya a eu lieu en décembre 2003.

Au total et actuellement, c'est une ligne de près de 1245 km de long avec 617 km en territoire burkinabé.


Le transport aérien

Le Burkina Faso dispose de deux aéroports de classe internationale pouvant recevoir tout type de trafic aérien (Ouagadougou et Bobo-Dioulasso) et au moins une dizaine d'aérodromes secondaires utilisables à la demande.

VOTRE PUBLICITÉ ICI
PageRank