SON HISTOIRE :

La mise en place des peuples du Burkina Faso et les courants migratoires, viennent essentiellement du Mali actuel, du Ghana actuel et de la Côte d'Ivoire actuelle.

Les langues parlées par ces groupes sociaux ne correspondent plus aux origines. Ce qui constitue pour le Burkina Faso, sur le plan des traditions, un exemple de synthèse, et une forte tradition d’intégration, et d’innovation culturelle.

La diversité des groupes sociaux est beaucoup plus marquée à l’Ouest et au Sud-Ouest où cohabitent des populations à système social historiquement communautaire, même si on note quelques formations étatiques pendant des périodes historiques courtes. Elles n’ont pas pu se consolider sur la longue durée.

Au centre par contre, l'homogénéité était plus prononcée et les systèmes sociaux historiquement plus hiérarchisés, ce qui est essentiellement imputable aux mossé.

A proximité d’autres groupes sociaux historiques ont gardé leur autonomie identitaire, mais ont progressivement adopté le modèle hiérarchisé (Bissa); d’autres par contre y sont restés réfractaires (composantes Gourounsi).

A l’est également l’homogéneité est prononcé à cause des Gulmancéba qui ont adoptés un système social historiquement hiérarchisé.


La période coloniale : 1895 – 1960

L’histoire de la constitution de la colonie de Haute Volta est indissociable de celle du fonctionnement du gouvernement général de l’AOF. En effet, à la création du gouvernement général de l’AOF en 1895, la majeure partie des peuples de l’actuel Burkina Faso gardait leur souveraineté.

Quatre grandes périodes ont rythmé l’évolution de la Haute Volta coloniale :

le choc colonial, conquêtes et résistances face à l’installation coloniale, (1895 – 1919)

la constitution et le blocage, (1919 – 1932)

La traversée du désert ou le démembrement, (1932 – 1947)

La renaissance et la marche vers l’indépendance (1947 – 1960).

 

1898

La majeure partie de la zone de l’actuelle Burkina est conquise à l’exception de la zone Lobi. Elle est intégrée dans la colonie du Soudan français.

 

1904

Réorganisation du gouvernement fédéral qui est doté d’un budget autonome.Création de la colonie du Haut-Sénégal et Niger regroupant une large partie du Soudan et du Niger, l’ensemble de l’actuel Burkina y est intégré.


1915 - 1916

Grande révolte dans la boucle de la Volta Noire (actuel Mouhoun);

 

1er mars 1919

Le Gouverneur général Angoulvand prend un décret portant création de la colonie de Haute-Volta. Nomination de François Charles Alexis Edouard HESLING comme premier gouverneur. La capitale est fixée à Ouagadougou.

 

4 décembre 1926

Arrêtés portant sur la création des communes mixtes de premier degré de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

 

1927

La région de Say est détachée de la Haute-Volta et rattachée au Niger.

 

1930 - 1931

Grande famine, sécheresse.

 

11 avril 1932

Lettre de protectorat du Moro Naba Kom II au député Blaise Diagne à propos de la suppression éventuelle de la colonie.

 

5 septembre 1932

Suppression de la colonie de Haute-Volta et partage entre la Côte-d’Ivoire, le Soudan, le Niger.

 

1934

Arrivée du chemin de fer à Bobo-Dioulasso.

 

1er janvier 1936

Ouagadougou est dépouillé de son statut de commune mixte.

 

13 juillet 1937

Décret portant création de la région administrative de Haute-Côte d’ivoire regroupant les anciens cercles de Haute-Volta rattachés à la Côte-d’Ivoire : Bobo-Dioulasso, Gaoua, Koudougou, Tenkodogo, Kaya, Ouagadougou. Un résident supérieur siégeant à Ouagadougou représente le gouverneur de Côte-d'Ivoire.

 

Janvier 1944

Conférence de Brazzaville où l’autorité coloniale décide d’associer de façon limitée les africains dans la gestion des colonies.

 

1945

La campagne pour la reconstitution de la haute-Volta prend un tournant avec la création de l’UDIHV (Union pour la Défense des Intérêts de la Haute-Volta). Naba Saaga II et quelques intellectuels animent le mouvement.

Le 18 novembre : Élection de la 1ère Constituante française ; Houphouet Boigny, médecin remporte le scrutin.

Il est le député de la Côte-d’Ivoire qui inclut la Haute-Côte d’Ivoire (actuel Burkina Faso).

 

1946

Création du FIDES (Fonds d’Investissement pour le développement économique et social) qui avait pour but de financer la modernisation des colonies.

11 avril : Loi, Houphouet Boigny sur la suppression du travail forcé.

2 juin 1946 : Réélection de Houphouet Boigny à la deuxième Assemblée constituante.

18 octobre : création du RDA (Rassemblement démocratique africain à Bamako, Houphouet est le Président.

10 novembre : Houphouet Boigny, Ouézzin COULIBALY, Philippe Zinda Kaboré sont élus députés de la Côte-d’ivoire à l’Assemblée Nationale Française.

 

1947

Le 24 mai Philippe Zinda Kaboré décède à Abidjan.

Le 4 septembre, vote de la loi portant reconstitution de la Haute-Volta , dans ses limites de 1932.

 

1959

Le 28 janvier, la Haute-Volta adhère officiellement à la Fédération du Mali, l’Assemblée Voltaïque approuve la constitution de la Fédération du Mali.

Le 15 mars, la Haute-Volta se retire de la Fédération du Mali qui regroupe désormais le Sénégal et le Soudan (actuel Mali).

Le 29 Mai, la Haute-Volta adhère au Conseil de l’Entente qui comprend la Côte-d’Ivoire, le Niger, le Dahomey.

29 Août 1959, dissolution du conseil municipal de la ville de Ouagadougou ; il est remplacé par une délégation spéciale.

Décembre 1959 : lors du vote du budget de 1960, le conseil du gouvernement en accord avec l’Assemblée législative décide de mener une politique d’austérité budgétaire à partir du 1er janvier 1960, jusqu’à ce que la situation financière ne l’exige plus.

 

1960

Le 17 juillet, la Haute-Volta et les autres États du Conseil de l’Entente demandent et obtiennent le transfert des compétences.

Le 05 Août, proclamation de l’indépendance de la Haute-Volta.

Le 20 septembre, la Haute-Volta est membre de l’ONU.

 

1961

Le 8 juin, décision de suppression des barrières douanières entre la Haute - Volta et la Ghana.

 

1962

Le 12 mai, Constitution de l'UEMOA.
La période post–coloniale

L'année 1960 marque une étape décisive dans l'histoire de la Haute-Volta, (Aujourd'hui Burkina Faso) de même que celle de la plupart des anciennes possessions françaises d'Afrique.

L'accession de ces pays à la souveraineté nationale est l'aboutissement d'un processus politique amorcé une dizaine d'années plus tôt et institué par la Constitution de 1958 qui les fait passer du statut de colonies à celui d’États membres de la Communauté franco-africaine.

Le transfert de compétences de l’État français à l’État voltaïque a lieu le 11 juillet 1960, en concertation avec les autres membres du Conseil de l'Entente. Maurice Yaméogo préside alors aux destinées de la Haute-Volta. Le 5 août 1960, l'indépendance de la Haute-Volta est proclamée et dès le 20 septembre, le jeune État est admis aux Nations Unies.

 

1966 - 1983

Le pays est secoué par divers coups d'état militaires, dont celui de Thomas Sankara en 1983.

 

1984

La Haute-Volta devient le Burkina-Faso.

 

1987

Thomas Sankara est renversé par le capitaine Blaise Compaoré.

 

1991

Le parti unique abandonne le marxisme-léninisme et instaure le multi-partisme.

VOTRE PUBLICITÉ ICI
PageRank